drei liebe.

Il était une fois comme commencent les histoires qui finissent bien.

Il était une fois comme pour parler d’universel, d’amour, de guerre et de paix.

Il était une fois comme toujours mais finalement… non… pas comme toujours.

Un héros, Siegfried, une princesse, Kriemhilde, un pouvoir, celui d’une pilule de Viagra et des obstacles, l’amour empêché sa frustration et la mort.

Drei Liebe prend sa source dans Le chant des Nibelungen, chanson médiévale allemande. Le conte originel raconte les exploits du chevalier Siegfried qui, pour conquérir la main de Kriemhilde sera projeté sans le vouloir dans une longue série de vengeances cupide dont l’issue sera un massacre. Le chant se conclut par cette morale : l’amour finit toujours par provoquer le malheur.

L’opéra le Ring de Richard Wagner était les prémices du cinéma. Lui-même qualifie son œuvre d’art totale, où l’orchestre devient un protagoniste au même titre que les personnages.

Drei Liebe s’appuie sur ce génie et souhaite créer une oeuvre vivante, in situ, au format compact, pour faire vivre au spectateur une expérience sonore, sensorielle et visuelle originale, une invitation à s’ouvrir à une expérience sensible sous la forme d’un ciné concert.

Le cycle des résidences

Nous organisons des résidences artistiques, théoriques et d’expérimentation qui nous permettront de réunir les artistes invités et d’enclencher un travail de création transversal.

réalisation prévue pour

2021.

produit par:

Le Bureau des Recherches Sidérées et Crossroads production.

artistes partenaires:

Francisco Dussourd, Béranger Laymond, Bernard Hausseguy, Valentin Ferré, Txomin Dhers, Pierre Sangla, Thomas Ospital, Natxo Montero.

a
a

Apparently we had reached a great height in the atmosphere, for the sky was a dead black, and the stars had ceased.

fb. tw. ig.